Nouveau mémoire
Accueil » Marketing / Management » Mémoire : La gestion des compétences vecteur de la fidélisation des cadres

Mémoire : La gestion des compétences vecteur de la fidélisation des cadres

Mémoire : La gestion des compétences vecteur de la fidélisation des cadres à ATTIJARIWAFA BANK

Extrait :

Introduction
Mise en Situation : Entrée en la matière

Apparue dans le dialogue social dès 1990, la gestion des compétences a bénéficié de tels effets d’annonce qu’il n’est pas toujours facile de démêler ce qui relève des discours et de la pratique, elle a soulevé à la fois beaucoup d’attentes et de craintes, souvent amplifié par les débats parfois houleux ayant opposé ses détracteurs à ces promoteurs. Sans doute lui a-t-on attribué trop de vertus et la réalité est en-deça des promesses qu’on lui a fait tenir, sans lui a-t-on également attribué la responsabilité d’évolutions qu’elle n’a fait qu’accompagner, il import donc de connaître les modalités de sa mise en oeuvre en entreprise pour mieux cerner sa portée, sa cohérence, et les questions qu’elle soulève.
L’observation et l’analyse des démarches et pratiques qui se mettent en place dans les entreprises permettent ainsi de prendre un certain recul face à la « Logique Compétence » et au « modèle » du même nom , en particulier en trois grands domaines : le management de la compétence pratiqué par l’encadrement, les transformations organisationnelles qui accompagnent la redéfinition des « métiers » et « compétences » des entreprises ; et enfin les incidences de la gestion des compétences sur la construction des qualifications dans la durée.
L’effet d’entraînement de la démarche compétence se propage du contexte mondial pour caractériser les spécificités régionales :
Le contexte mondial caractérisé par Les nouveaux défis de la compétitivité:
» le niveau de compétences et la qualité de la main d’oeuvre feront de plus en plus la différence dans la course aux débouchés sur un marché mondialisé.
» La généralisation des démarches qualité a produit des effets de banalisation, donc garantir une différenciation maintenue revient à dire inclure la variable sociale
La tertiarisation de l’économie:
L’ensemble des entreprises entrent dans une logique de l’économie de services, et comme les banques s’inscrivent dans cette logique depuis bonne lurette elles sont les plus interpellées dans la mesure où l’image que les clients se font de la banque passe par la qualité relationnelle et de service qu’offrent les agents directement en contact avec le public.
L’évolution des analyses stratégiques en termes d’avantages compétitifs:
• L’originalité des de la combinaison des actifs tangibles et intangibles crée et protège un avantage compétitifs durable et défendable
Fluctuation du contexte de travail:
Le salarié n’est pas seulement amené à être capable de tenir un emploi mais de s’adapter à son évolution, de le faire évoluer et éventuellement d’en changer.
Le salarié est conduit à mettre au premier plan non pas les compétences d’un individu mais sa capacité et les conditions nécessaires pour qu’elle puisse évoluer et pour qu’il puisse en construire de nouvelles.

Répondre